Quel est le sort des singes prisonniers ?

Quel est le sort des singes prisonniers ?

  • Importés et revendus comme des marchandises

    Le commerce sordide qui se trame au centre des 1600 singes est l'un des plus importants d'Europe.

    En 2015, la directrice du SILABE déclarait :

    « Nous sommes une sorte d’hôtel à singes, un intermédiaire entre les éleveurs asiatiques ou mauriciens et les instituts de recherche ».

    Comme la plupart des 10 000 singes importés chaque année en Europe, les primates destinés à l'activité commerciale du centre des 1600 singes viennent d'élevages intensifs de pays d'Asie ou de l'île Maurice, où ils sont parfois capturés dans la nature.

    Ils sont ensuite importés par avion, probablement par la compagnie Air France qui est la dernière grande compagnie aérienne à effectuer ces transports sordides, puis acheminés par la route jusqu'à Niederhausbergen.

    Arrivés au centre des 1600 singes, ils sont placés en quarantaine pendant 4 à 6 semaines. Par la suite, certains sont revendus « 5000 € le spécimen » à des laboratoires. Les autres sont victimes d'expériences ou de prélèvement sur place ou mis en réserve pour des laboratoires.

    Quelques singes sont également reproduits à Niederhausbergen.

    Chacune de ces étapes est source de souffrance. Les animaux sont privés de liberté, de vie sociale normale, d'exercice adapté et sont soumis au stress de la captivité, des manipulations et du transport.

    Vendus à des laboratoires

    Les singes vendus à des laboratoires sont soumis à des procédures souvent mortelles et d'une grande violence. Les primates non humains sont utilisés principalement dans le cadre d'expériences sur les maladies infectieuses, mentales et neurologiques,  cardio et cérébro-vasculaires et endocriniennes.

    Il n'y a pas de limite légale à la souffrance infligée aux animaux dans les laboratoires et aucun protocole ni comité d'éthique ne peut changer cette réalité.

    L'enfer des expériences de laboratoire

    Une enquête BUAV / SOKO Tierschutz montre l'horrible traitement des singes au Max Planck Institute for Biological Cybernetics à Tübingen, entre 2013 et 2014 en Allemagne. Le rapport d'enquête fait état d'animaux victimes d'interventions chirurgicales où les expérimentateurs leur insèrent des implants dans le crâne, les privent d'eau pendant des jours, les maintiennent dans des appareils de contention, les forcent à accomplir des tâches répétitives, les privent de vie sociale normale, etc.

    Une enquête d'Animal Testing détaille les expériences sur le cerveau infligées à des singes dans le laboratoire d'un hôpital à Paris. Ceux qui survivent passent des années dans ses sous-sols, enfermés dans des cages d'un mètre cube. Lorsque les expérimentateurs leur détruisent le système nerveux, ils finissent par les gaver pour les maintenir en vie :

    Un reportage du site d'information Vice montre les tests de maladies infectieuses mortelles ainsi que l'enfermement et l'isolement des singes du centre BPRC aux Pays-Bas.

    Derrière les portes closes des laboratoires, ce niveau de violence et de souffrance est courant. En France, officiellement, 1103 primates ont été "utilisés" en 2014, 3162 en 2015. Combien d'entre eux ont été vendus par le centre des 1600 singes ?

×

Aidez-nous à remporter des victoires judiciaires pour faire fermer le centre 1600 singes.